L'Avenir de la société industrielle

Theodore Kaczynski

Traduction Jean-Marie Apostolidès
Avec Alexandre Pallu
Scénographie Jean-Baptiste Bellon
Régie Générale Camille Jamin
Dramaturgie Yannick Bouquard et Muriel Malguy
Mise en scène Mirabelle Rousseau
Son Kerwin Rolland
Costumes Mina Ly

L'Avenir de la société industrielle

Theodore Kaczynski

Traduction Jean-Marie Apostolidès
Avec Alexandre Pallu
Scénographie Jean-Baptiste Bellon
Régie Générale Camille Jamin
Dramaturgie Yannick Bouquard et Muriel Malguy
Mise en scène Mirabelle Rousseau
Son Kerwin Rolland
Costumes Mina Ly

Après avoir monté de nombreux manifestes, poétiques comme politiques, la compagnie T.O.C. initie une création à partir du brûlot technophobe de Theodore Kaczynski, plus connu sous le pseudonyme d'Unabomber, l'homme qui terrorisa l'Amérique pendant deux décennies. Une réflexion sur le terrorisme écologiste et sur les dangers du système technologique industriel. L'Avenir de la société industrielle a été publié en 1995 à la suite d’un marché conclu entre son auteur et les rédactions des plus grands journaux américains. La négociation était celle-ci : l’arrêt des attentats aux colis piégés contre la publication pour le grand public du manifeste de celui que le FBI surnommait l’Unabomber. L’année suivante, Theodore Kaczynski était arrêté ; il purge actuellement une peine de prison à vie au pénitencier Supermax dit l' "Alcatraz des Rocheuses", à Florence dans le Colorado. Dans L'Avenir de la société industrielle, Kaczynski nous met en garde contre le caractère incontrôlable de la société technologique et son développement à l'échelle planétaire, sur ses conséquences sociales et écologiques. Il nous interroge sur les libertés individuelles, le conditionnement, l'ingénierie biologique et la faillite prévisible du système à court terme dans lequel nous sommes engagés. “Il est plus facile de faire la Révolution que de réformer” prophétise-t-il dans son texte, et c’est par la violence qu’il cherche à nous réveiller. Si les crimes de Kaczynski sont évidemment répréhensibles, son retrait hors du monde dans une forêt du Montana pendant vingt ans, au regard de la cohérence de son analyse théorique, pose question. La cabane de Kaczynski était l’antre ermitique de celui qui ne voulait plus appartenir à ce XXe siècle brutal. La compagnie T.O.C. s'empare de ce texte anticipatoire et libertaire et s’enfonce avec le spectateur dans la forêt dangereuse de l'Unabomber.
En savoir plus

RENCONTRE AVEC PHILIPPE ARTIERES autour de son livre Le Dossier Sauvage
ECOUTER "Se retirer du monde pour mieux lui résister ?" La Grande Table, France Culture
Dimanche 24 janvier à 14 h 30 au Théâtre Antoine Vitez, Ivry-sur-Seine

RENCONTRE AVEC CATHERINE LARRERE
Catherine Larrère est spécialiste des questions environnementales.
Dimanche 17 janvier à 14 h 30 au Théâtre Antoine Vitez, Ivry-sur-Seine

« Si la société industrielle survit, il est probable que la technologie finira par inventer quelque chose proche du contrôle total des comportements humains. À l’intention de ceux qui pensent que tout cela fleure bon la science-fiction, nous rappelons que la science-fiction d’hier est devenue la réalité d’aujourd’hui. »

« Une autre raison pour laquelle la technologie est une force sociale si puissante tient au fait que, dans le contexte d'une société donnée, le progrès technologique avance dans une seule direction ; il ne revient jamais sur ses pas. Lorsqu'une fois on a introduit une innovation technique, les gens en deviennent si dépendants qu'ils ne peuvent s'en passer, à moins qu'on ne la remplace par une autre invention encore plus performante. Non seulement les gens deviennent dépendants d'un nouvel objet technique à titre individuel, mais de plus le système développe la même dépendance à titre collectif. (Pensez à ce que deviendrait le système aujourd'hui si les ordinateurs étaient supprimés par exemple.) Ainsi, le système ne peut avancer que dans un seul sens, vers une emprise croissante de la technologie. La technique oblige sans cesse la liberté à reculer, sans qu'elle ait jamais elle-même à le faire, – à moins qu'on soit à la veille du renversement de tout le système technologique. »

« Nous espérons avoir convaincu qu'il est impossible de réformer le système de manière à concilier la liberté et la technologie. Il n'y a pas d'autre solution que de se passer purement et simplement du système industrielo-technologique. Cela implique une révolution, pas nécessairement un soulèvement armé, mais certainement un changement radical et fondamental de la nature de la société. »

Theodore Kaczynski est un mathématicien, philosophe, militant écologiste et un terroriste. Diplômé de Harvard, il devient professeur de mathématiques à Berkeley et démissionne en 1969. Theodore Kaczynski s’intéresse de près à l’influence de la technologie sur la société, qu’il perçoit très tôt comme aliénante et liberticide. Il se retire du monde dans une cabane au cœur de la forêt du Montana en 1970. Dans cet abri, il prépare une révolution toute artisanale. Lisant et rédigeant quantité de pages traitant de la société industrielle, il fabrique des colis piégés destinés à des professeurs d'université, des vendeurs d'ordinateurs, publicitaires, des patrons de compagnies aériennes. 16 colis, 3 morts et 23 blessés. Entre 1978 et 1996, il défie ainsi la CIA et le FBI qui le surnomment l’”Unabomber” (pour University and Airline Bomber), sa tête est mise à prix pour un million de dollars. En 1995, il obtient, sous la menace d’une nouvelle attaque, la publication intégrale dans le Washington Post et dans le New York Times de son manifeste, intitulé L'Avenir de la société industrielle. Un an plus tard, il est arrêté par le FBI à la suite d’une chasse à l’homme historique. Influencé, entre autres, par les écrits de Jacques Ellul, Theodore Kaczynski voit dans la technologie "une force sociale plus puissante que le désir de liberté" et, diagnostiquant "l'impossibilité de réformer le complexe industrialo-technologique", appelle à sa destruction pure et simple.

« Nous devons détruire le système pendant qu'il est malade. Si nous acceptons des compromis et le laissons recouvrer la santé, il nous dépossédera inévitablement de toute notre liberté. »

Représentations

►Samedi 16, 23 et 30 janvier 2021 à 20h
►Dimanche 17, 24 et 31 janvier 2021 à 16h

Théâtre Antoine Vitez d’Ivry-sur-Seine
Réservations 01 46 70 21 55

Durée du spectacle 1 h 15

Production

Production Le T.O.C. - Théâtre Obsessionnel Compulsif - La compagnie T.O.C. est conventionnée par la DRAC Ile de France-Ministère de la Culture et par la Région Ile de France (permanence culturelle et artistique). Co-production Théâtre Antoine Vitez, Ivry-sur-Seine. En partenariat avec le lycée Léonard de Vinci, Paris