L'Arve et l'aume

Antonin Artaud

De Lewis Caroll et Antonin Artaud
Avec Emilie Paillard
Mise en scène Mirabelle Rousseau
Dramaturgie Muriel Malguy
Scénographie Clémence Kazémi
Lumières Manon Lauriol
Son Kerwin Rolland
Régie générale James Brandily
Costumes Marine Provent
Direction technique Camille Jamin
Photo © Eric Morin

ARVE ET L'AUME
L'Arve et l'aume 02
L'Arve et l'aume 03
L'Arve et l'aume 04
l'arve et l'aume
l'arve et l'aume
L'Arve et l'aume 07
l'arve et l'aume 08
l'arve et l'aume

L'Arve et l'aume

Antonin Artaud

ARVE ET L'AUME
L'Arve et l'aume 02
L'Arve et l'aume 03
L'Arve et l'aume 04
l'arve et l'aume
l'arve et l'aume
L'Arve et l'aume 07
l'arve et l'aume 08
l'arve et l'aume

De Lewis Caroll et Antonin Artaud
Avec Emilie Paillard
Mise en scène Mirabelle Rousseau
Dramaturgie Muriel Malguy
Scénographie Clémence Kazémi
Lumières Manon Lauriol
Son Kerwin Rolland
Régie générale James Brandily
Costumes Marine Provent
Direction technique Camille Jamin
Photo © Eric Morin

Alice a quitté sa maison pour se retrouver dans un monde dans lequel tout est inversé. Humpty Dumpty, tour à tour professoral, littéral ou absurde, lui enseigne comment, avec les mots-valises, les choses et les mots peuvent entretenir un rapport variable et distendu. Ecrit à l'Hôpital de Rodez en 1943, corrigé en 1946, L'Arve et l'Aume est une traduction infidèle d'un chapitre d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll dans De l'autre côté du miroir. Le sous-titre donné par Artaud au texte résume son projet littéraire : « une tentative anti-grammaticale à propos de Lewis Carroll et contre lui ». Au-delà de la seule affirmation du non sens, Artaud charge les mots d'une puissance rythmique en leur conférant une vie propre. L'Arve et l'aume est un spectacle nomade pour jeune public. Nous sommes dans la chambre d'Alice, symbolisée par une armoire, objet quotidien qui se transforme, gouffre potentiel prêt à l'aspirer définitivement dans le non-sens.

En savoir plus
« Un tapis, une lampe de chevet et une bonnetière, voici la chambre d'Alice conçue par Clémence Kazémi. Trois coups résonnent dans l'intérieur de l'armoire et, tirée la porte à miroir, Alice découvre Dodu Mafflu, le Humpty Dumpty anglais, l'oeuf grammairien, avec lequel elle va se livrer à une acrobatique joute oratoire. Emilie Paillard réussit le tour de force de procéder à cette entreprise de mastication régénératrice des mots en campant avec une jubilation évidente les deux personnages. Campée avec subtilité et talent par Emilie Paillard, elle est croquignolette cette Alice un peu montée en graine et, surtout, dotée d'un caractère bien trempé, qui invite le spectateur à une traversée du miroir un peu singulière car peaufinée par Antonin Artaud.(...) Un tapis, une lampe de chevet et une bonnetière, voici la chambre d'Alice conçue par Clémence Kazémi. Trois coups résonnent dans l'intérieur de l'armoire et, tirée la porte à miroir, Alice découvre Dodu Mafflu, le Humpty Dumpty anglais, l'oeuf grammairien, avec lequel elle va se livrer à une acrobatique joute oratoire. Emilie Paillard réussit le tour de force de procéder à cette entreprise de mastication régénératrice des mots en campant avec une jubilation évidente les deux personnages. » **Martine Piazzon, Froggy Delight** « Chaque forme constitue une gageure pour les acteurs. Des défis d'autant plus stimulants à découvrir qu'ils renvoient aux spécificités de langues, de styles et de sujets. Ainsi, les acrobaties d’Émilie Paillard dans son armoire évoquent autant la folie langagière d'Artaud, son goût pour les néologismes insensés et les torsions lexicales, que la difficulté de la jeune Alice à saisir ce que lui dit Dodu Mafflu. » **Caroline Chatelet, revue Agon** « L’Arve et l’Aume, c’est un chapitre d’Alice au pays des merveilles revu et corrigé par Antonin Artaud à Rodez en 1943. Le spectacle se joue dans une vieille armoire où l’on découvre Alice, petite fille bien polie de 7 ans et quelques mois face à Humpty Dumpty qui s’appelle Dodu Mafflu incarné par un oeuf minuscule perché sur une étagère. Il est docte et péremptoire, répond sur un ton professoral indigné aux naïves questions d’Alice qui explore périlleusement toutes les positions dans l’armoire. Nous sommes de l’autre côté du miroir et ne perdons pas une miette de ce festival des nonsense dans ce gouffre périlleux prêt à aspirer la courageuse Alice qui tente jusqu’au bout de résister. Ce petit délice ne dure que 40 minutes. » **Edith Rappoport, Journal de bord d’une accro au théâtre**

« Lorsque j’emploie un mot MOI, dit Dodu Mafflu d’un ton plutôt méprisant, il dit juste ce que j’ai décidé de lui faire dire… ni plus ni moins. »

Représentations

►Le Forum, Boissy Saint Léger, mai 2018
►Les Foulées, Chaumussay, août 2017
►Le Doc, Paris, 2017
►Journées du Patrimoine, Vaux s/Seine, 2016
►Théâtre Antoine Vitez, Ivry, 2016
►Théâtre Berthelot, Montreuil, 2015
►Festival du mot, La charité sur Loire, 2015
►Festival Nous n'irons pas à Avignon, 2014
►Festival d'Avignon Off - La Manufacture, 2014
►La Générale, Paris, 2014
►Collège Jacques Prévert, Noisy le Grand, 2014

Production

Le T.O.C.. Avec le soutien de La Générale-Paris. In Situ CG93, Nouveau Théâtre de Montreuil. Les élèves de 3ème alternance du Collège Prévert ont été associés à la création. Le T.O.C. est conventionné par la DRAC et la Région Ile de France.